AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Soirée de lassitude. [Arès]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



Messages : 5
Camp : Neutre
Type : Personne saine
 

MessageSujet: Soirée de lassitude. [Arès]   Jeu 9 Mai - 17:55

    Elle est assise à une table près du bar dans la grande salle de jeu du Casino Marvellous. Son doigt s’agite mollement en cercles autour du cocktail qu’elle a commandé. Offert par le serveur pour sa fidélité. Elle sourit en repensant au regard qu’il lui a lancé en lui donnant sa boisson. Il doit espérer pouvoir s’infiltrer une nuit dans son lit, comme tant d’hommes l’ont déjà fait, mais elle ne compte point le laisser approcher de ses draps. Les seules qui peuvent espérer s’y glisser sont des futurs repas. Et un homme qui lui permet de boire à son aise de temps à autre n’est pas bon à manger. De plus c’est une personne bien trop connue dans le coin, sa disparition ferait sûrement des vagues et l’attention pourrait se reporter sur elle comme elle aurait été la dernière personne vue en sa compagnie. Elle trempe son doigt dans le liquide et le passe ensuite entre ses lèvres. Elle s’ennuie un peu. Elle n’a pas encore repéré d’étranger digne d’intérêt ce soir. Elle tourne sur son siège de bar pour avoir un point de vue circulaire autour d’elle. Non, vraiment, personne digne d’éveiller son intérêt. Elle soupire et reprend la dégustation de sa boisson pendant de longues minutes. Elle s’ennuie, ne sait pas quoi faire.

    « Dis-moi toi, elle se tourne vers le serveur qui lui a offert son cocktail. Ce casino est tellement habituel pour moi, que je m’y ennuie désormais. N’y aurait-il rien que je puisse faire pour m’occuper ?
    - Rentrer chez toi et dormir ? »

    Elle lui pince le bout du nez pour sa réponse impertinente avec un sourire. « Idiot. », elle termine sa boisson et se lève de son siège pour aller faire un tour dans la salle. Elle observe les gens d’un air las, en salue quelques-uns qu’elle connaît bien désormais, mais qui n’ont aucun intérêt pour elle. Elle ne peut pas les considérer comme de la viande car ils ne passeront jamais dans sa chambre. Alors elle ne les considère comme rien du tout. Voilà. Elle continue de faire les cents pas. Une amie à elle, mot ô combien faussé, vient lui faire la conversation. Praline essaye donc d’obtenir des informations sur les nouveaux venus dans le casino, mais elle n’obtient pas d’informations satisfaisantes. On lui pointe du doigt quelques personnes qui ne présentent physiquement aucun attribut qui pourraient la faire saliver. Point de muscles, beaucoup de graisse. De quoi la dégoûter à tout jamais. Elle n’a pas envie de perdre du temps à faire le tri dans ce qu’elle va manger. Elle a toujours été très pointilleuse sur la nourriture, héritage de son papa sûrement. Elle frotte la main contre son ventre. Son papa. Celui de personne d’autre. Et surtout pas d’un petit frère qui n’a même pas encore eu le temps de naître.

    Elle s’en va s’asseoir sur un pouf dans un coin de la salle, observant à nouveau d’un air las ce qu’il se passe devant elle. Au bout d’une demi-heure à ne rien faire ainsi, ne trouvant plus d’intérêt aux jeux d’argent, elle se dit qu’elle va finalement suivre le conseil du barman et rentrer chez elle pour sa reposer. Pourtant elle a l’estomac dans les talons. Elle ne sait pas quoi faire. Pour cette raison elle marche assez maladroitement en direction de la sortie et, surprise par une marche des plus chafouines, elle trébuche et finit par tomber, se cognant royalement contre une personne se trouvant juste devant elle. Pitié non. Elle va devoir rester à faire la causette et les excuses à un désoeuvré. Enfin elle n’en sait rien, mais elle aura toujours un a priori péjoratif sur n’importe qui alors… A genoux par terre, elle ne relève pas encore la tête lorsqu’elle dit :

    « Pardonnez-moi, elle s’appuie sur sa main droite pour se redresser. Ces marches sont fourbes, vous ne trouvez pas ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Messages : 19
Pseudo : Trush
Merci qui ? : Myself o/
Age du personnage : 21 ans
Camp : Anti-S4
Type : Infecté
Localisation : Ici et là.
 

MessageSujet: Re: Soirée de lassitude. [Arès]   Sam 11 Mai - 18:14

« L'homme masque le monde. »


S’il était venu ici ce soir, c’était tout simplement parce qu’il voulait savourer. Bien qu’il n’appréciait guère la compagnie, et encore moins les jeux d’argents avec tous leur lot de stupides accros démunis, il fallait avouer qu’ici, ils savaient faire des boissons dignes de ce nom. Et ce soir, c’est ce dont il avait besoin. Il venait généralement ici ou dans un petit pub près de chez lui quand il venait de déguster les plus merveilleux cris de souffrances de ses victimes. Son euphorie passagère, et tout ce dont le fait de tuer provoquait en lui, il l’appréciait encore mieux après quelques verres d’alcool corsé.

Alors, l’esprit encore embrumé par un halo rouge écarlate, son torse continuant de ressentir le frisson de plaisir éprouvé quelques instants plus tôt, il s’était dirigé vers le Marvelous, commandant une vodka pure au barman après s’être installé dans un coin dans l’ombre du bar. Avec le temps, il avait appris à se fondre dans le décor, et ce, même avec la couleur ivoire immaculée de sa chevelure. Ainsi, quand il la vit chercher frénétiquement dans la foule d’idiots de la salle, quelqu’un, quelque chose, qui sait, elle ne lui avait pas prêté attention.

D’une longue gorgée, il finit alors son verre et l’examina plus attentivement. Elle semblait être accaparée d’un profond ennui, et chercher avec évidence une quelconque occupation. Ses cheveux blonds encadraient sa figure avec perfection, laissant transparaître son visage angélique. Un charmant sourire lui balayant la face, elle semblait respirer la joie de vivre.

Elle semblait.

Mais Arès n’est pas dupe, bien que contrairement à elle, il ne s’embarrasse pas de jouer un double-jeu, arborant directement sa réelle personnalité antisociale, pour lui, percer à jour les faux-semblants des personnes l’entourant est un jeu d’enfant. L’hypocrisie, il sait la démasquer, et ce visage de bambin, ce magnifique sourire, ces dents blanches étincelantes, il a tout de suite saisi que tout était trop parfait. Il commanda un nouveau verre, et suivi discrètement des yeux la jeune inconnue se lever et aller déambuler dans la salle. Elle semblait être appréciée, et son masque angélique réussissait à tromper tout le monde.

Ce qui paraissait être une amie à elle vint lui parler, et après quelques phrases échangées, lui désigna quelques personnes dans l’assemblée.

Et Spade comprit. Il comprit que cette fille était comme lui. Ici, elle cherchait sa proie. Son impression de dégoût en examinant les individus gros et gras, et sa façon de se caresser son ventre, le sourire aux lèvres, lui firent prendre un intérêt soudain pour la jeune femme. Il ne saisissait pas tout, bien sûr. A vrai dire, il n’avait pas spécialement compris ce que cette fille recherchait, mais une chose était sûre : elle était dangereuse, et elle était là pour tuer, tout simplement.

Il avait envie de l’aborder, c’était vrai, il n’allait pas le nier. Mais en fait, ne s’en fichait-il pas des gens d’ordinaire ? Pourquoi tant vouloir aller tenir la conversion, chose qu’il répugnait, à une femme affichant manifestement le même besoin de sang que lui ? S’il faisait lui aussi ce qu’elle faisait, ce n’était pas logique qu’il aille l’importuner. Il but de nouveau deux longues rasades de sa vodka et tenta de penser à autre chose. Il n’était pas naturel pour lui que de prêter une quelconque attention à un individu sans même lui avoir jamais parlé. Laissant l’alcool agir et lui monter au cerveau, il savoura pendant une vingtaine de minutes son impression de bien-être, les membres légèrement engourdis.

Puis peu à peu, il reprit ses esprits, et se décida à rentrer chez lui. Il paya l’addition au serveur sans même lui décocher un regard et s’en alla en direction de la sortie. C’est alors qu’une personne chuta derrière lui, s’affalant au sol après l’avoir au passage bousculé. Accident des plus communs d’une personne des plus communes, il ne comptait guère se retourner pour s’intéresser à cet imbécile. Il allait donc poursuivre son chemin quand les mots de la personne derrière lui se répandirent à ses oreilles.

Ces fausses excuses, et cette pathétique tentative de conversation. Même la voix qui les avait prononcées paraissait être irréelle. Il se retourna alors, sachant déjà à qui il allait avoir affaire. La jeune femme daigna enfin lever la tête après s’être tant bien que mal relevée, et saisit son regard dur et froid au même instant. Ses yeux couverts de glace ne cillèrent pas et il articula soigneusement ces quelques mots à son interlocutrice :

« Épargne-moi-dont tes simagrées et vaines tentatives de fausse attention, ton double-jeu ne marche qu’avec ces idiots que tu t’efforces de côtoyer. »

Le temps semblait s’être arrêté de défiler autour de lui, et presque malgré lui, il observa cet air angélique se durcir, en attente d’une réponse qui ne tarda guère.



[HRPG : Je me suis permis de faire saisir une partie de ton double-jeu à mon personnage pour que la rencontre soit plus intéressante, j'espère que tu ne m'en voudras pas ?]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Messages : 5
Camp : Neutre
Type : Personne saine
 

MessageSujet: Re: Soirée de lassitude. [Arès]   Mer 29 Mai - 16:30

    Dans un élan de bon sens, la jeune femme se demande pourquoi diable est-ce qu'elle a même tenté d'engager une conversation avec la personne qu'elle vient de percuter. Elle aurait juste du s'excuser et s'en aller d'un pas léger, sans retomber sinon cela aurait été la honte. Enfin quitta à passer une soirée pourrie, autant ne pas l'aggraver en tentant d'engager la conversation avec l'homme qui se tient devant elle. Il n'a pas l'air intéressant du tout, encore pire que ces filles avec qui elle a fait un brin de causette tout à l'heure et, à en juger par sa carrure, il ne serait pas très bon sous la dent. Elle se retient d'ailleurs de faire claquer ses dernières pour témoigner de son agacement, mais cela la ferait vraiment passer pour une bête sauvage, or Praline n'est pas une bête sauvage. Loin de là, même. Elle fait de son mieux pour se contrôler chaque jour et, même si elle est incapable d'empathie auprès de qui que se soit, fait de son mieux pour ne pas complètement objectiviser ceux qui passent à côté d'elle et de ne les voir que comme des morceaux de viande.

    Alors qu'elle pensait n'éprouver que de la lassitude et de l'énervement ce soir, la réponse de son interlocuteur eu pour effet de la surprendre. Il aurait donc remarqué son ennui profond, et cela veut dire qu'il l'observe depuis tout à l'heure quand elle est à la recherche de personnes avec qui discuter. Elle prend une mine un peu contrariée et se relève totalement pour faire face à l'inconnu qui est cependant un peu plus grand qu'elle. Ses sourcils fins se froncent, elle pose ses mains sur ses hanches pour tenter de se donner un peu de grandeur et répond directement au grossier personnage :

    « Excusez-moi cette vulgarité, mais vous êtes gonflé vous, elle marque une pause pour bien montrer que c'est une affirmation et non une supposition. Je vous heurte en tombant, je m'excuse et vous m'agressez ? »

    Même si cet inconnu à tapé à peu prêt juste dans son raisonnement, elle ne l'admettra bien sur pas. Après tout quel besoin aurait-elle de corroborer l'affirmation d'un idiot qui ne trouve rien d'autre à faire que de répondre méchamment lorsqu'on lui adresse des excuses ? A croire que personne ne lui a jamais inculqué la notion de politesse que tout homme se doit d'avoir s'il espère pouvoir avoir des interactions sociales. Et tout aussi incorrect par rapport à la société qu'elle puisse être, Praline est une personne très à cheval sur la politesse. Tout d'abord parce que son père lui a appris à respecter la nourriture et puis parce que... Parce que la vulgarité lui paraît vraiment très laide alors elle cherche à compenser en faisant usage du contraire.

    « Je vous prie de me pardonner ce possible affront, mais avez-vous, monsieur, déjà entendu parler d'une chose que l'on appelle communément la politesse ? C'est une notion merveilleuse lorsque l'on prend la peine de s'y intéresser, que tout le monde est sensé connaître si tant est qu'il respecte un minimum son prochain, ou même se respecte lui-même, elle reprend sa respiration. Et cette merveilleuse chose que l'on appelle la politesse vous aurait très certainement appris que, lorsque quelqu'un vous présente des excuses, même si vous ne les acceptez pas, on ne répond pas par des spéculations agressives sur la personne qui n'a eu d'autre tort envers vous que de trébucher et ensuite s'excuser poliment, accompagnant ses excuses d'une question afin que l'interaction ait l'air moins sèche et plus sympathique. »

    Elle marque une pause, plutôt fière de sa tirade qui, même si l'autre ne la comprend pas, le remet à sa place. Au moins dans l'esprit de Praline. Non mais sérieusement, quand on est un espèce de stalker qui observe les gens au point de noter les détails dont il a fait part sur elle, on ne va normalement pas le crier sur les toits. Il doit avoir des problèmes, être mentalement dérangé, quelque chose comme cela. Il n'y a pas d'autre explication à une telle stupidité. A moins que se ne soit le simple fait de faire parti de l'espèce humaine qui serait en soi une très bonne justification.

    « J'ose espérer, ce qui est peu probable. Que vous ne serez pas offensé par mes paroles qui n'ont aucunement pour but de vous agresser d'une quelconque façon. »

    Elle regarde vers la sortie, espérant pouvoir l'atteindre bientôt, mais elle aimerait également pouvoir connaître la réaction de l'homme à ses paroles. Elle sent qu'elle ne va pas du tout faire l’unanimité auprès de lui, mais qu'importe. L'union fait la force et elle aura toujours avec elle toutes ces bandes de gourdes et... De gourdes au masculin... Des gourdins ? Enfin tous les gens du casino qui la voient presque tous les jours et l'apprécient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




 

MessageSujet: Re: Soirée de lassitude. [Arès]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Soirée de lassitude. [Arès]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Début de soirée en milieu hostile ...
» Une soirée à l'auberge (libre)
» Fin de Soirée improvisée Sophie /Virginie
» 2eme soirée "So glam" [ ouvert a tous ]
» [SUJET TERMINE] 4 but 2 - La soirée de l'improbable |Chase/Apollo/May/Ange|

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PRE.APO :: Casino “ LE MARVELOUS ”-